Désaffectation de la centrale nucléaire de Mühleberg

Philipp Hänggi nous explique les défis liés à ce projet

Monsieur Hänggi, vous êtes directeur de l’unité commerciale Nucléaire de BKW et donc responsable du démantèlement de la centrale nucléaire de Mühleberg. C’est la première fois qu’une centrale nucléaire est désaffectée en Suisse. Quels sont les défis posés par une telle opération inédite?
Dans le monde entier, 150 réacteurs ont déjà étés désaffectés ou sont en cours de démantèlement. BKW a visité différentes centrales en cours de démantèlement, notamment en Allemagne. Nous connaissons donc les défis techniques et ceux posés par la planification et nous nous appuyons sur les expériences qui ont étés faites à l’étranger. En Suisse, nous sommes cependant les premiers à désaffecter un réacteur de puissance. La désaffectation n’est ainsi pas seulement une nouveauté pour nous, mais aussi pour les autorités. Il s’agit donc en premier lieu d’adapter à notre centrale les expériences provenant de l’étranger. En second lieu, il convient d’éclaircir les questions de processus techniques, d’autorisation, etc. De notre point de vue, c’est ce dernier point qui pose les plus gros défis.

Comment BKW se forge-t-elle le savoir-faire pour un tel projet? Qui y travaille?
BKW dispose d’un personnel qualifié. Différents collaborateurs ayant déjà participé à la désaffectation d’autres centrales travaillent sur ce projet de désaffectation, apportant ainsi beaucoup de savoir‑faire. Les connaissances techniques des collaborateurs de la centrale de Mühleberg sont également très précieuses pour la désaffectation et le démantèlement. Ils effectueront une grande partie des travaux car ils disposent d’un vaste savoir-faire (par exemple en radioprotection, en analyses de sécurité, etc.) et connaissent parfaitement l’installation grâce à leurs longues années d’expérience, ce qui est très important. Pour les tâches hautement spécialisées et les travaux spéciaux, BKW va certainement collaborer avec des spécialistes externes, par ex. pour le découpage de grands composants comme la cuve du réacteur. Pour de telles opérations complexes réalisées avec des outils spécifiques, il ne vaut pas la peine de se forger son propre savoir‑faire. La désaffectation et le démantèlement dureront en tout 15 ans. Pendant toute cette période, ce sont en moyenne 200 personnes qui y travailleront, plus nombreuses au début qu’à la fin.

Quel sera le coût de la désaffectation de la centrale nucléaire et de la gestion des déchets?
D’après l’étude de coûts 2011, les coûts pour la phase de post-exploitation et la désaffectation de la centrale nucléaire de Mühleberg s’élèveront à environ 800 millions de francs et ceux pour la gestion complète des déchets (jusqu’en 2100 et au-delà) à 1,3 milliard de francs, de sorte que la totalité des coûts se montera à 2,1 milliards de francs. L’étude des coûts est recalculée tous les 5 ans. La nouvelle étude de coûts sera disponible fin 2016.        

L’argent nécessaire est-il vraiment disponible?
Oui. BKW supportera l’intégralité des coûts pour la phase de post-exploitation, la désaffectation et la gestion des déchets de la centrale nucléaire de Mühleberg. BKW a constitué des réserves d’un montant de 861 millions de francs pour la phase de post‑exploitation, la désaffectation ainsi que la requalification et la reconversion du personnel. La constitution de réserves pour la gestion des déchets est également en cours.

Retour à la vue d'ensemble